Catégories
Informations & Naissances

1 femme enceinte sur 7 à New York est testée positive pour COVID-19

femmes enceintes-nyc-1
Johner Images / Getty

Selon une nouvelle étude menée par des médecins de deux hôpitaux de New York (Columbia University Irving Medical Center et NewYork-Presbyterian), environ 1 femme enceinte sur 7 admise dans les maternités du nord de Manhattan en mars et avril a été testée positive pour COVID-19.

Cette statistique fait peur. Terrifiant même. 1 sur 7 semble que beaucoup de femmes enceintes tombent malades. Alors oui, c'est un pourcentage substantiel. Oui, tout le monde (comme ev. euh. y. une—Pas seulement les femmes enceintes, et pas seulement les résidents de New York) doit continuer à prendre cela très au sérieux.

Mais il y a de bonnes nouvelles (ou du moins d'espoir) dans les données sur les femmes enceintes et COVID-19, telles que rapportées par des experts médicaux comme le Dr Daniel Roshan, MD, FACOG, FACS, directeur, ROSH Maternal-Fetal Medicine et Dena Goffman, MD, professeur agrégé d'obstétrique et de gynécologie au Columbia University Vagelos College of Physicians and Surgeons et chef de l'obstétrique au NewYork-Presbyterian / Columbia University Irving Medical Center. (Et évidemment, avec des titres aussi longs, ces deux-là connaissent leur merde.)

Le Dr Roshan et le Dr Goffman disent que les femmes enceintes doivent prendre alllllll les précautions, mais ils avaient aussi des choses encourageantes à dire.

1 femme enceinte sur 7 à New York est testée positive pour COVID-19
SolStock / Getty

Tout d'abord, NYC porte le poids de ce gâchis en étant l'épicentre de notre pays des cas de COVID-19, il n'est donc pas surprenant que cette ville et ses arrondissements environnants aient un pourcentage élevé de femmes enceintes testées positives. Heureusement, cependant, les hôpitaux de New York sont partout et font littéralement tout ce qu'ils peuvent faire pour contenir le virus, protéger leurs patients (à l'intérieur et à l'extérieur de l'utérus) et éradiquer définitivement cet enculé.

Voici comment.

D'une part, dans des hôpitaux comme le centre médical Irving de New York-Presbyterian / Columbia University, chaque femme admise dans l'unité de travail et d'accouchement subit un test de dépistage de l'infection par le SRAS-CoV-2 lors de son admission. Ceci est vital, car beaucoup de femmes testées positives étaient complètement asymptomatiques, mais nécessitaient des précautions de sécurité supplémentaires afin de ne pas les transmettre aux autres.

Ainsi, comme le reste de la population, toutes les femmes enceintes infectées par COVID-19 ne tombent pas gravement malades. En fait, beaucoup ne présentent aucun symptôme ou seulement des symptômes bénins. Plus précisément, les obstétriciens de Columbia et de NewYork-Presbyterian constatent que jusqu'à présent, les femmes enceintes ne s'en sortent pas plus mal que les autres avec COVID-19 car les statistiques ont tendance à suivre des tendances très similaires.

«Parmi 43 patientes obstétricales confirmées par COVID-19, la plupart des femmes (86%) ont souffert d'une maladie bénigne, quatre (9,3%) ont présenté une maladie grave et deux (4,7%) ont développé une maladie critique. Ces chiffres sont similaires à ceux décrits pour les adultes non enceintes atteints de COVID-19 (environ 80% de maladies bénignes, 15% graves et 5% critiques) », constate leur rapport.

De plus, le Dr Roshan dit à Scary Mommy qu'il n'y a actuellement aucune preuve de transfert in-utero du virus, ni de signes de transfert par le lait maternel. Et même le ministère de la Santé de New York affirme que «de petites études suggèrent que le virus ne passe pas du parent au fœtus à travers le placenta pendant la grossesse (connu sous le nom de« transmission verticale »). D'autres études suggèrent que la transmission sanguine de COVID-19 est peu probable. »

Il y a donc des nouvelles plus prometteuses pour les femmes enceintes.

Mais le Dr Goffman avertit que nous devons rester préoccupés par COVID-19 chez les femmes enceintes, malgré ces premiers rapports encourageants. Parce que, même si c'est formidable qu'un pourcentage aussi élevé ne soit devenu que légèrement malade, et autant qu'il nous donne l'espoir d'entendre qu'il n'y a aucune preuve de transmission de COVID-19 in utero, il y a toujours un petit pourcentage de femmes enceintes et les bébés qui ne s'en sortent pas si bien lorsqu'ils sont forcés de combattre cette bête. Les femmes admises dans les salles de travail et d'accouchement des hôpitaux sont sur le point d'amener les plus vulnérables et les plus innocents au monde, et leur propre corps est sur le point de subir des défis physiques inconnus, car on ne peut jamais vraiment prédire comment se déroulera le travail et l'accouchement et si il y aura des complications.

1 femme enceinte sur 7 à New York est testée positive pour COVID-19
Manuel Breva Colmeiro / Getty

En outre, comme toutes les autres pièces du puzzle de la pandémie de 2020, même si certains chiffres et pourcentages semblent prometteurs, la vérité est qu'il n'y a pas encore eu le temps de faire beaucoup de recherches sur la façon dont ce virus affecte la grossesse et la santé globale de la mère, fœtus et nouveau-né. Les études menées à ce jour ont été modestes. Et bien qu’elles soient précieuses, la vérité est qu’il y a encore tant de choses que nous ne savons pas.

«Nos résultats doivent être interprétés avec prudence jusqu'à ce que davantage de données soient disponibles», prévient le Dr Goffman.

Une mesure de précaution que les hôpitaux prennent est déchirante, mais nécessaire: si une femme a un résultat positif, les médecins lui recommandent de la mettre en quarantaine dans un isolement complet, c'est-à-dire sans son bébé.

«Les patients atteints d'une maladie active ou qui ont présenté des symptômes de COVID-19 au cours des 72 dernières heures seront placés dans des chambres à pression négative dans l'isolement et les travailleurs de la santé seront limités à son médecin et à son infirmière portant un EPI», explique le Dr Roshan à Scary Mommy. «Il est recommandé de garder le bébé à l'écart jusqu'à ce que la mère ne présente aucun symptôme pendant 72 heures. Ceux qui sont activement malades devraient pomper et non allaiter directement. »

Il ajoute cependant que «si la mère refuse cela après le conseil, le bébé sera donné à la mère».

Quel choix déchirant pour les mères en ce moment, mais c'est la réalité pour les femmes enceintes alors que nous sortons de cette pandémie.

Alors, que peuvent faire les femmes enceintes en ce moment pour mieux se protéger et protéger la vie de leurs bébés? Eh bien, dit le Dr Roshan, beaucoup des mêmes choses que tout le monde est censé faire, essentiellement: distanciation sociale, porter des masques, se laver les mains et porter des gants. Le Dr Roshan ajoute également que boire des liquides chauds et prendre des suppléments de vitamine C, D et de zinc sont des mesures de santé et de sécurité supplémentaires que les femmes enceintes pourraient prendre pour lutter contre le COVID-19.

En fin de compte, en particulier dans les zones chaudes comme NYC, vous pouvez tout faire correctement et toujours l'obtenir. «Malheureusement, il s'agit d'un virus très hautement infectieux et l'éviter semble être une tâche difficile», explique le Dr Roshan. « Heureusement, la plupart des patientes enceintes sont jeunes et en bonne santé et se remettront probablement si elles contractent COVID-19, donc elles ne devraient pas paniquer si elles sont testées positives. »

Surtout s'ils sont dans un hôpital où ils sont entourés de médecins et d'infirmières dévoués qui ne reculeront devant rien pour les aider.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *