Catégories
Informations & Naissances

Travail prodromique, marche péridurale et anxiété post-partum

Originaire de Toronto, au Canada, Melody et son mari, Brian, vivaient à San Diego lorsqu'ils ont décidé de fonder une famille. Ils ont choisi de retourner au Canada pour se rapprocher de leur famille et ils se sont installés à Vancouver. Après avoir essayé pendant quelques mois, Melody a découvert qu'elle était enceinte. Elle s'est inscrite auprès d'une équipe OBGYN à Vancouver. Brian s'est vu offrir un emploi à Toronto et ils ont décidé de le prendre, comme la plupart de leur famille et de leurs amis en Ontario. Melody travaillait à Vancouver et a décidé de continuer à travailler pendant son deuxième trimestre afin de se qualifier pour un congé de maternité et parental, alors Brian a fait des allers-retours entre Toronto et Vancouver pendant ces trois mois.

En août, au début de son troisième trimestre, Melody s'est envolée pour Toronto. Elle s'est inscrite à une pratique de sage-femme et n'a jamais regardé en arrière. Sa sœur a donné naissance à un petit garçon qui a dû être transporté d'urgence à SickKids à Toronto en raison d'une maladie coronarienne qui n'a pas été diagnostiquée pendant la grossesse. Il était à SickKids d'août à octobre et Melody a passé beaucoup de temps à l'hôpital pour jouer avec sa nièce.

Cette expérience a déclenché l'anxiété et façonné le plan de naissance de Melody. Elle était ouverte à tout, mais a décidé d'accoucher à l'hôpital, au cas où quelque chose se passerait mal. Melody a eu un travail prodromique pendant 3 semaines avant la naissance du bébé. Elle a eu deux étirements et balayages – un à 39 semaines et un à 40 semaines.

Enfin à 41 + 2, elle est entrée en travail. C'était tôt un vendredi matin et elle était dans le déni pendant la majeure partie de la journée, en raison du travail prodromique auquel elle s'était habituée. Elle a promené le chien en fin d'après-midi et a finalement décidé qu'elle était en travail. Sa sage-femme l'a examinée vers 20 heures ce soir-là et elle était à 2,5 cm, ce à quoi elle avait été lors de son dernier étirement et balayage. Les contractions devenaient très intenses et très proches les unes des autres quelques heures après le départ de sa sage-femme, et Melody a décidé qu'elle voulait déménager à l'hôpital et subir une péridurale.

Après une balade intéressante dans un Lyft (ce pauvre homme), elle a été admise et a rapidement reçu une péridurale à 23h30. À 2h30 du matin, sa sage-femme lui a cassé l'eau. À 8h30, Melody était complètement dilatée, mais sa sage-femme leur a suggéré d'attendre environ une heure avant de pousser, pour laisser son corps abaisser le bébé tout seul.

À 9h30, Melody a commencé à pousser, mais la fréquence cardiaque du bébé baissait à chaque poussée, elle poussait donc pour une contraction, puis se balançait et respirait profondément pendant deux contractions avant de pousser à nouveau. Le bébé était également coincé à l'approche du virage, alors la sage-femme a amené l'équipe d'OB au cas où une assistance sous vide serait nécessaire. À ce stade, environ 8 femmes et Brian encerclaient Melody, l'encourageant à continuer de pousser, qu'elle pouvait le faire sans aucune aide – c'était comme avoir une équipe d'encouragement autour d'elle.

travail prodromique

À 10 h 28, leur bébé est né et a immédiatement été amené dans la poitrine de Melody. La sage-femme a demandé à Brian si c'était un garçon ou une fille et il ne pouvait pas le dire parce que le cordon gênait. Ils ont donc dû lui dire que c'était une fille. Elle avait une main nucale, donc le dos de sa main droite reposait sur sa joue, quand elle est née, c'est pourquoi elle avait du mal à sortir. Melody avait une déchirure au 2e degré qu'ils ont cousue. Les deux heures suivantes ont été paisibles. Melody et Brian ont choisi son nom – Lily – et Brian l'a habillée. Le père et la sœur de Melody étaient tous les deux en ville, ils ont donc pu venir à l'hôpital pour rencontrer Lily. Quelques heures après la naissance, ils étaient à la maison avec Lily.

Après l'accouchement, les deux premières semaines ont été incroyablement difficiles. Melody souffrait de baby blues sous forme d'anxiété quasi invalidante. C'était terrifiant. Elle a parlé avec un psychiatre périnatal – OHIP couvre toutes les thérapies postnatales pendant la première année après la naissance d'un bébé – et a également rejoint un groupe de mamans qui se concentrait sur la thérapie pour l'anxiété et la dépression. Heureusement, après quelques semaines, elle a recommencé à se sentir comme elle et les choses se sont améliorées chaque jour depuis.

Melody Brownton Bio

Melody vit à Toronto, au Canada, avec son mari, Brian, et leur fille de 7 mois, Lily. Elle était chef de projet numérique et espère entrer dans l'immobilier une fois que le monde s'ouvrira à nouveau. C'est aussi une boulangère passionnée. Sa poignée Instagram est @melodybrownton.

Ressources

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *